– La slackline –

 

Cette discipline s’apparente au funambulisme mais au lieu de progresser sur un câble d’acier à l’aide d’un balancier, l’objectif est d’avancer sur une sangle élastique, sans aucun accessoire pour s’équilibrer.

Cette sangle, d’une largeur variant de 19 mm à 50 mm, est tendue entre deux points d’ancrage tels que des poteaux, des arbres, des murets, des pitons d’escalade, etc… Cette polyvalence en fait autant un sport à pratiquer en milieu naturel qu’en milieu urbain.

La pratique de la slackline est accessible à tous. Quelques heures d’entraînement et un peu de volonté permettent à un débutant de réaliser rapidement ses premiers pas. Cette activité permet de développer de façon ludique des facultés telles que l’équilibre, la coordination, le gainage… Des qualités utiles au quotidien ou en complément d’autres activités sportives, comme l’escalade. Mais tenir debout sur la sangle ne requiert pas seulement des capacités motrices certaines. Cela demande également une bonne appréhension de son corps (proprioception), concentration et relaxation : c’est en cela que la slackline peut, dans une certaine mesure, s’apparenter à la méditation.